Vous êtes ici

Nos élus piqués au vif ! Notre premier objectif est atteint.

 Nous avons appris que les maires de Meylan, Corenc et La Tronche ont fini par écrire au préfet le 28 septembre 2015 pour lui demander d’organiser des « Etats Généraux » des politiques communes à apporter à la prolifération des moustiques

Nous avions agacé nos élus en diffusant largement notre lettre-pétition au maire de Meylan le 12 septembre au Forum des Associations, au point d’être traités d’olibrius par l’un deux… A cette occasion, cette lettre avait été argumentée et remise en main propre à Madame le Maire de Meylan, à son premier adjoint, au Maire de Corenc… alors qu’en même temps les meylanais en prenaient connaissance et la signaient ; à ce jour, plus de 300 lettres signées ont été remises, à notre maire et au président du Conseil Départemental.
 
Nos élus semblent avoir enfin pris la mesure de l’exaspération des habitants devant l’absence de décisions concrètes contre la prolifération des moustiques, autochtones ou tigres ; alors que depuis 9 mois le dossier piétinait, 15 jours après le début de notre manifestation, ils se décident enfin à alerter le Préfet.
 
Le courrier au Préfet[1] fait référence à une réflexion que les trois communes mènent « depuis début 2015 » et dont « la démarche s’est concrétisée par des courriers, des conférences, des informations,[2] » etc.  Aujourd’hui, après neuf mois de réflexion, et « submergés par des courriers et des plaintes d’habitants et d’associations », ils « estiment indispensable d’avoir une approche globale cohérente et coordonnée entre les communes, la métropole et le conseil départemental pour mener une réflexion sur un périmètre significatif. »
 
Neuf mois de réflexion des élus en charge du dossier « moustiques » de trois communes du canton pour décider qu’il faut mener une réflexion… sur un périmètre significatif…
 
Les arguments du traitement « global » des communes et du « périmètre significatif » ne sont-ils pas signe de leur tiédeur à résoudre la question, Car enfin, tout œuf non détruit à temps donnera naissance à un moustique. Nos responsables « moustiques » semblent confondent le mode de prolifération des moustiques avec le développement d’une épidémie ! Par ailleurs, nous apprenons que LAHGGO (Les Associations d’Habitants du Grand GrenOble) en appelle, au président de Grenoble Alpes Métropole pour lui demander de mobiliser le Département sur cette cause. Car, comme nous l’avons déjà écrit, cette décision revient d’abord au Département qui co-finance avec la commune, pas au préfet qui n’intervient qu’en prenant un arrêté suite à la demande du Département. Nos élus font mine de ne pas connaitre les circuits de décision.
 
Quoiqu’il en soit, nous resterons vigilants sur ce dossier des moustiques ; nous ne nous contenterons pas de promesses et œuvrerons activement pour que les sites de prolifération des moustiques de notre commune soient traités en temps utile ; cela implique qu’ils soient d’abord repérés dès les mois à venir, pour être efficacement traités au printemps. Simultanément, comme nous l’avons demandé, les habitants doivent être sensibilisés par le porte-à-porte des « préventeurs », en complément des informations papier et internet. Et tout ceci avant mars ou avril 2015.
 
Il y a donc bien urgence, car sans traitement adapté dans 6 mois les œufs (déjà) pondus vont se transformer en larves puis nymphes et… s’envoleront. Restons mobilisés cet automne et cet hiver si nous souhaitons obtenir satisfaction pour un été 2016 plus serein.
 
Le bureau de l’AHCM
 
PS : pour des informations sur le BTI, il est possible de consulter cette courte vidéo d’un jeune doctorant qui étudie ce sujet ; https://www.youtube.com/watch?v=-cPZ3nFZKL8
 

 
[1] dont ceux qui le souhaitent trouveront copie sur le site de l’AHCM
[2]donc aucune démarche pour un traitement anti-larvaire…  

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer